Contexte et enjeux du BIM : Mutations, opportunités et risques pour la filière BTP

La révolution du BIM

Le BIM repose sur plusieurs constats. La filière du bâtiment et travaux public souffrent de plusieurs maux qui entravent sa compétitivité et son efficacité.

Les collaborations peu fluides entre les différents métiers peuvent générer des retards dans la livraison des ouvrages. La difficulté de gérer les informations est aussi à l’origine de malfaçons. De ce fait, les risques financiers restent une constante. Ils conduisent souvent à une mauvaise utilisation des fonds publics. Mais la numérisation des processus de conception, de construction et d’exploitation peut représenter une réduction d’environ de 10 % des budgets. Le BIM est un le socle de cette transition numérique.

Un process numérisé

Le principe repose sur la production d’une maquette numérique. Elle est normalisée au niveau internationale (IFC), reposant sur une description géométrique de l’ouvrage. Cette maquette intègre aussi des spécifications fournies par un maître d’ouvrage. Elle contient des éléments nécessaires à la transition écologique.  (énergie, composants biosourcés, déchets etc..)  Elle concerne aussi la gestion à long terme des ouvrages jusqu’à leur fin de vie. Elle est co-produite par un concepteur, par exemple l’architecte ou une équipe de maitrise d’œuvre. L’ensemble des acteurs devront collaborer pour enrichir cette base de données de leurs prestations. Par exemple, les éléments de structure, nature des matériaux, spécifications des équipements etc…

Optimisation et efficacité

Cette nouvelle méthode de travail collaborative et rigoureuse permettra de réduire significativement les coûts de construction. Cela représente à l’échelle nationale 60 milliards d’euros par an. La réussite du BIM conditionne donc d’importantes marges de manœuvres pour l’avenir pour les maîtres d’ouvrage et notamment les collectivités locales.

Une évolution possiblement pénalisante pour les artisans et TPE

Cependant, le risque est grand, en effet, que la complexité du numérique, laisse sur le coté de la route les petites et moyennes entreprises de la filière. Les moyens nécessaires à la maîtrise du numérique s’il est trop complexe peut être pénalisant. Les différents formats liés à chaque logiciel propriétaire et la technicité nécessaire maîtrisée uniquement par les grands opérateurs peut orienter le développement du BIM en faveur des grands groupes.

Une solution simple

C’est pour répondre à ces enjeux pour les maîtres d’ouvrage publics et privés, que l’association ALLIANCE DU BATIMENT a acquis les droits d’exploitation d’un format open source (Open dthX) qui simplifie le BIM, pour le mettre librement à disposition de tous les acteurs et faciliter l’accès au BIM pour tous.

Vous faites partie des acteurs ayant intérêt au développement du langage numérique partagé pour tous dans la construction, rejoignez l’ALLIANCE DU BATIMENT.